« C'était mieux avant ... »

#edito

Message initialement publié sur Facebook

Comme il est facile, derrière un clavier, de manière anonyme ou non, de critiquer. Vous pouvez voir sur Facebook, depuis quelques semaines, certaines personnes, souvent les mêmes, s’arrêter sur certains détails et ne voir que le verre à moitié vide.

Avec mon équipe, c’est le verre à moitié plein que nous voyons tous les jours. Le verre à moitié plein, puisque dois-je rappeler que nous avons hérité d’une commune dans une situation plus que délicate ? Avec 500.000 € de factures en retard (sur les dépenses du quotidien) et plus de 200.000 € de factures à régler pour la fameuse extension de mairie. Justificatif à l’appui : comme le conseillent certaines personnes, vous avez le droit, en tant que citoyen, de vous rendre en Trésorerie de Marquise et de leur parler de la santé financière de la ville de Rinxent. On vous répondra que tout va beaucoup mieux et qu’il y a des années que la ville ne s’est pas aussi bien portée.

Avec un service technique où le personnel parti en retraite depuis des années n’a pas été remplacé. Où les agents en arrêt maladie depuis plusieurs années n’ont pas été remplacés. Où aucun matériel digne de ce nom n’a été acheté pour faciliter le travail des agents. Avec des bâtiments (les écoles par exemple) et la voirie dans un état déplorable. Avec une vie événementielle presque atone.

Et donc dois-je rappeler que ces factures en retard, notre équipe a dû les régler, elle a dû rassurer les fournisseurs ? Nous avons dû assumer des années de laxisme. Nous avons investi pour notre service technique : fourgon avec plateau (bien plus efficace pour transporter les déchets), prochainement une tondeuse adaptée pour les mauvaises herbes et les caniveaux, deux recrutements à venir (avec notamment l’embauche d’un Rinxentois pour le service Espaces verts). Nous avons dû lister et prioriser l’ensemble des travaux dans nos écoles, puisque là aussi nous avons du travail pour accueillir nos enfants dans des conditions dignes de ce nom.

Nous sommes à l’écoute de nos associations. Tous les jours. Ainsi, le club La Boule Rinxentoise se verra très prochainement bénéficier de plus de 15 terrains de pétanque neufs (les travaux démarrent mardi). Le club de l’USORH a un stade rénové (merci encore aux bénévoles pour le gros coup de main). Le club de Cardiogoal, grâce au travail de notre adjoint aux sports et à la souplesse d’autres associations, se verra enfin bénéficier d’un deuxième créneau d’entrainement dès la rentrée. Les petites subventions aux associations ont été revues et augmentées (comme par exemple pour Scène d’Esprit).

Il n’y a pas un mois où il ne se passe quelque chose à Rinxent : nettoyage de rues, randonnées, fête des associations, Téléthon, danse africaine. Et les festivités de la fête nationale. Aaah, toujours les mêmes qui ronchonnent. « C’était mieux avant ». Avec cette fameuse phrase, on n’avance pas. Avec cette fameuse phrase, on n’innove pas. Avec cette fameuse phrase, on n’essaie jamais rien. Bien sûr, on ne risque pas de se tromper en ne changeant rien. Ce discours un peu réac ne mène à rien. Ce que je retiens des festivités de cette année, ce sont les enfants qui ont passé un très bel après-midi grâce à l’équipe d’animation. Ce que je retiens également, c’est le public face au groupe de rock Wind. Ce que je retiens, ce sont les plus de 200 repas ou les centaines de crêpes vendus. Ce que je retiens, ce sont les cris de joie et les yeux qui brillent des enfants durant le spectacle de feu.

Ce que je retiens de cette journée aussi, c’est le coût : moins de 5.000 € pour une journée de 15h à minuit (factures à l’appui). Et nous avons fait travailler le gîte « Chez Sophie » de Rinxent ou encore le Carrefour Contact. Dois-je rappeler qu’un feu d’artifice, aussi beau soit-il, coutait à la ville 10.500 € ? Ce que je retiens également, c’est que nous, nous ne faisons pas travailler quelqu’un de notre famille pour ces festivités.

Tout n’est pas parfait, loin de là. Il y a encore beaucoup de travail à accomplir pour cette si belle commune. Mais nous partons de tellement loin. Et nous ne sommes là que depuis un peu plus d’un an. Nous partons de loin mais nous avançons.

Ce qui compte pour nous, c’est la réalité du terrain. C’est par exemple la présence des 50 personnes vendredi (toute la matinée) et samedi (de 9h à 1h du matin) pour accueillir les 600 personnes au spectacle de feu ou les 150 personnes sur les stands l’après-midi. Ce qui compte, ce sont vos retours en direct. Ce qui compte, ce sont les rendez-vous de quartier, où nous passons 1h30 avec vous à vous écouter, à vous voir vous intéresser à la vie de notre commune. À souhaiter que nous continuions d’avancer dans cette direction.

Celles et ceux qui râlent, qui ronchonnent, qui ne sont là que par intérêt ou par vengeance, oublient également parfois que la commune les a fait travailler ou fait encore aujourd’hui travailler des personnes de leurs familles. Puisque nous ne favorisons personne, nous embauchons les personnes sur leurs compétences, rien que ça.

Nous sommes présents lors des manifestations, lors de rendez-vous de quartier, lors de nos permanences, lors des assemblées générales des associations. N’hésitez pas à venir nous parler, nous poser des questions. Nous sommes là pour Rinxent, pour vous.

Nous sommes fiers du travail accompli jusqu’à aujourd’hui et ravis de vos nombreux retours suite à ce très beau weekend sur notre commune.

Je vous souhaite à toutes et tous un bel été.

Votre maire, Nicolas Lœuillet