Nicolas Lœuillet

edito

#edito

Message initialement publié sur Facebook

Comme il est facile, derrière un clavier, de manière anonyme ou non, de critiquer. Vous pouvez voir sur Facebook, depuis quelques semaines, certaines personnes, souvent les mêmes, s’arrêter sur certains détails et ne voir que le verre à moitié vide.

Avec mon équipe, c’est le verre à moitié plein que nous voyons tous les jours. Le verre à moitié plein, puisque dois-je rappeler que nous avons hérité d’une commune dans une situation plus que délicate ? Avec 500.000 € de factures en retard (sur les dépenses du quotidien) et plus de 200.000 € de factures à régler pour la fameuse extension de mairie. Justificatif à l’appui : comme le conseillent certaines personnes, vous avez le droit, en tant que citoyen, de vous rendre en Trésorerie de Marquise et de leur parler de la santé financière de la ville de Rinxent. On vous répondra que tout va beaucoup mieux et qu’il y a des années que la ville ne s’est pas aussi bien portée.

Avec un service technique où le personnel parti en retraite depuis des années n’a pas été remplacé. Où les agents en arrêt maladie depuis plusieurs années n’ont pas été remplacés. Où aucun matériel digne de ce nom n’a été acheté pour faciliter le travail des agents. Avec des bâtiments (les écoles par exemple) et la voirie dans un état déplorable. Avec une vie événementielle presque atone.

Et donc dois-je rappeler que ces factures en retard, notre équipe a dû les régler, elle a dû rassurer les fournisseurs ? Nous avons dû assumer des années de laxisme. Nous avons investi pour notre service technique : fourgon avec plateau (bien plus efficace pour transporter les déchets), prochainement une tondeuse adaptée pour les mauvaises herbes et les caniveaux, deux recrutements à venir (avec notamment l’embauche d’un Rinxentois pour le service Espaces verts). Nous avons dû lister et prioriser l’ensemble des travaux dans nos écoles, puisque là aussi nous avons du travail pour accueillir nos enfants dans des conditions dignes de ce nom.

Nous sommes à l’écoute de nos associations. Tous les jours. Ainsi, le club La Boule Rinxentoise se verra très prochainement bénéficier de plus de 15 terrains de pétanque neufs (les travaux démarrent mardi). Le club de l’USORH a un stade rénové (merci encore aux bénévoles pour le gros coup de main). Le club de Cardiogoal, grâce au travail de notre adjoint aux sports et à la souplesse d’autres associations, se verra enfin bénéficier d’un deuxième créneau d’entrainement dès la rentrée. Les petites subventions aux associations ont été revues et augmentées (comme par exemple pour Scène d’Esprit).

Il n’y a pas un mois où il ne se passe quelque chose à Rinxent : nettoyage de rues, randonnées, fête des associations, Téléthon, danse africaine. Et les festivités de la fête nationale. Aaah, toujours les mêmes qui ronchonnent. « C’était mieux avant ». Avec cette fameuse phrase, on n’avance pas. Avec cette fameuse phrase, on n’innove pas. Avec cette fameuse phrase, on n’essaie jamais rien. Bien sûr, on ne risque pas de se tromper en ne changeant rien. Ce discours un peu réac ne mène à rien. Ce que je retiens des festivités de cette année, ce sont les enfants qui ont passé un très bel après-midi grâce à l’équipe d’animation. Ce que je retiens également, c’est le public face au groupe de rock Wind. Ce que je retiens, ce sont les plus de 200 repas ou les centaines de crêpes vendus. Ce que je retiens, ce sont les cris de joie et les yeux qui brillent des enfants durant le spectacle de feu.

Ce que je retiens de cette journée aussi, c’est le coût : moins de 5.000 € pour une journée de 15h à minuit (factures à l’appui). Et nous avons fait travailler le gîte « Chez Sophie » de Rinxent ou encore le Carrefour Contact. Dois-je rappeler qu’un feu d’artifice, aussi beau soit-il, coutait à la ville 10.500 € ? Ce que je retiens également, c’est que nous, nous ne faisons pas travailler quelqu’un de notre famille pour ces festivités.

Tout n’est pas parfait, loin de là. Il y a encore beaucoup de travail à accomplir pour cette si belle commune. Mais nous partons de tellement loin. Et nous ne sommes là que depuis un peu plus d’un an. Nous partons de loin mais nous avançons.

Ce qui compte pour nous, c’est la réalité du terrain. C’est par exemple la présence des 50 personnes vendredi (toute la matinée) et samedi (de 9h à 1h du matin) pour accueillir les 600 personnes au spectacle de feu ou les 150 personnes sur les stands l’après-midi. Ce qui compte, ce sont vos retours en direct. Ce qui compte, ce sont les rendez-vous de quartier, où nous passons 1h30 avec vous à vous écouter, à vous voir vous intéresser à la vie de notre commune. À souhaiter que nous continuions d’avancer dans cette direction.

Celles et ceux qui râlent, qui ronchonnent, qui ne sont là que par intérêt ou par vengeance, oublient également parfois que la commune les a fait travailler ou fait encore aujourd’hui travailler des personnes de leurs familles. Puisque nous ne favorisons personne, nous embauchons les personnes sur leurs compétences, rien que ça.

Nous sommes présents lors des manifestations, lors de rendez-vous de quartier, lors de nos permanences, lors des assemblées générales des associations. N’hésitez pas à venir nous parler, nous poser des questions. Nous sommes là pour Rinxent, pour vous.

Nous sommes fiers du travail accompli jusqu’à aujourd’hui et ravis de vos nombreux retours suite à ce très beau weekend sur notre commune.

Je vous souhaite à toutes et tous un bel été.

Votre maire, Nicolas Lœuillet

#edito

Une année quasiment blanche. Une année sans travaux pour Rinxent. Mais une année remplie de rencontres, de discussions, d’échanges, d’explications. Une année où mon équipe n’a pas relâché ses efforts pour tenter de redresser la situation financière de la commune. Tenter, et réussir.

Cette première année, nous l’avons passée à vous expliquer. Vous attendiez, et c’est normal, des éclaircissements sur la gestion de votre commune. Une réunion publique, un bulletin municipal plus riche, de nouvelles festivités pour être au plus proche de vous et, depuis quelques jours, des réunions de quartiers. Vos élus viennent à votre rencontre pour vous écouter, comprendre vos soucis et vos attentes du quotidien.

Cette première année fut intense, pour l’équipe, pour moi. Il nous a fallu apprendre rapidement, très rapidement. Vous nous avez accordé votre confiance et nous n’avions pas le droit de vous décevoir.

Aujourd’hui, je suis fier du résultat. Fier de voir que les 500.000 € de factures ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Fier de constater que plus aucun commerce de notre commune ne s’inquiète de savoir quand il sera réglé par la mairie. Aujourd’hui, nous gérons les finances communales comme tout un chacun. Nous ne dépensons pas un euro que nous n’avons pas.

Je suis plus que satisfait également de l’énergie déployée en festivités. De nouveaux rendez-vous (fête des associations, Téléthon, nettoyage des rues, randonnées et d’autres à venir) où vous avez toutes et tous répondu présent. Nous avons su, à moindre coût, créer une nouvelle dynamique. Rinxent est une ville qui bouge, qui (re)vit. Nous avons aussi su renouer un lien avec nos nombreuses associations : n’oublions pas que ce sont elles également qui font vivre notre belle commune.

Faute de moyens et de stabilité financière, nous ne pouvions évidemment pas entreprendre de projets plus concrets durant cette première année. C’est pourquoi nous avions dû geler les investissements de la commune. Grâce aux efforts de tous, nous pouvons nous remettre à avancer et à construire. Ainsi, le 29 avril dernier, nous avons voté pour des investissements à hauteur de près d’un million d’euros pour l’année 2019 :

  • le revêtement de la cour de l’école maternelle qui sera intégralement refait, le parking et les accès seront réaménagés. Nous avons eu la confirmation officielle de l’obtention de la DETR, subvention attribuée par l’État, à hauteur de 54.400 EUR.
  • la création de nouveaux terrains de pétanque, pour notre association de boulistes mais également pour le grand public.
  • l’ouverture d’un espace jeunes (12-17 ans) dès septembre, au sein de l’école primaire d’Hydrequent.
  • de nouveaux aménagements dans nos cimetières, en vous proposant de vrais espaces de tris pour les déchets et en installant un nouveau point d’eau sur le haut du nouveau cimetière.
  • et d’autres projets dont vous verrez les avancées au cours de l’année.

Seule déception : notre demande de subvention auprès du Conseil Départemental, pour les aménagements de sécurité de la rue Jules Guesde, n’a pas été retenue. Mais nous allons tout mettre en œuvre pour réaliser autrement ces travaux. Pour la sécurité de nos enfants. Pour Liam.

Nous voici donc plus que jamais motivés pour démarrer cette seconde année de mandat avec vous. Pour vous. Pour notre commune.

Des idées de projets, comme vous pouvez le constater, nous n’en manquons pas ! Nous nous emploierons à les mener à bien pour que Rinxent puisse continuer d’avancer sur cette belle dynamique. Il est maintenant temps pour moi de vous souhaiter un bel été ensoleillé !

Votre maire, Nicolas Lœuillet

#edito

Vous avez dit « absence de projets » ?

Certes, il est toujours possible d’avoir de nombreux projets. Mais encore faut-il s’assurer au préalable de disposer du financement nécessaire à leurs réalisations. C’est en tout cas la philosophie de la nouvelle majorité, qui a préféré à son arrivée faire une pause dans l’extension de la mairie, les caisses étant vides.

Alors, rappelons-le à tous ceux qui, hier, projetaient d’agrandir la maison commune sans avoir vérifié auparavant qu’ils en avaient les moyens : nous n’avons pas l’intention de réitérer ces mêmes négligences.

Non, nous ne solliciterons pas de prêts bancaires en expliquant vouloir investir, pour ensuite utiliser l’argent obtenu dans le fonctionnement, comme ce fut le cas par le passé.

Oui, nous avons des projets. Mais nous ne les réaliserons pas sans avoir l’assurance de disposer en premier lieu de leurs financements.

C’est ainsi que lors de la réunion du Conseil municipal du mercredi 6 février 2019, nous avons décidé dans un premier temps, et de manière unanime, de solliciter toutes les subventions possibles : le Département, la F.D.E., l’État ou encore l’Europe. Ceci afin de financer deux programmes d’agencements visant à améliorer la sécurité de deux points particulièrement sensibles de la commune.

L’accident tragique du 28 juillet dernier est resté gravé dans nos mémoires. C’est donc fort logiquement la rue Jules Guesde qui fera l’objet d’aménagements de voirie.

Le deuxième secteur inquiétant concerne l’école maternelle, dont les accès s’avèrent particulièrement dangereux.

Dans les semaines à venir, les membres du conseil municipal travailleront ensemble sur ces deux projets. Des réunions publiques seront également organisées pour vous en présenter tous les détails. Parce qu’il nous semble en effet important d’associer la population à ces différents programmes.

Enfin, nous espérons très prochainement avoir le plaisir de vous inviter… à l’inauguration de l’extension de la mairie.

Qui a dit que nous n’avions pas de projets ?

Votre maire, Nicolas Lœuillet

#edito

Rinxentoises, Rinxentois,

Voici maintenant neuf mois que nous sommes élus. Nous n’avions au départ aucune expérience politique. Mais nous étions particulièrement motivés et nous avions envie d’agir. Nous n’étions que de simples citoyens, inquiets face à une situation financière dont nous devinions qu’elle était délicate à travers les écrits distribués dans nos boîtes aux lettres. Nous allions d’ailleurs rapidement découvrir qu’elle était en réalité catastrophique. Dès lors, nous avons eu à cœur de réaliser scrupuleusement au fil des mois ce que nous avions promis, et de vous en rendre régulièrement compte.

Sachez que l’année 2019 devrait nous permettre de régler la majorité de nos soucis. Nos impayés diminuent fortement, et je peux vous annoncer que nous avons remboursé fin décembre la fameuse ligne de trésorerie de 80 000 €, ouverte avant notre arrivée. Pour mémoire, cette dernière nous obligeait à verser des intérêts mensuels en pure perte. Elle n’est plus aujourd’hui qu’un mauvais souvenir.

Une meilleure maîtrise des dépenses, une chasse au gaspillage radicale doublée d’une redéfinition des priorités, nous auront permis de réaliser une bonne partie de nos projets, tout en rétablissant progressivement notre équilibre budgétaire.

Notre ville est donc, à l’aube de 2019, en route vers la reconquête de sa santé financière. Rinxent avance d’un pas sûr et régulier, innove, se modernise, maintient les fondamentaux, développe le lien social et associatif.

Qu’importe la couleur du gilet arboré par nos administrés, personne n’est oublié. Mon équipe, que je tiens à remercier pour son engagement au quotidien, travaille à mes côtés pour recevoir tous ceux qui ont besoin d’aide. Tout est ainsi mis en œuvre pour trouver une solution qui réponde aux attentes de chacun.

Aujourd’hui, je veux surtout vous présenter, ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers, tous mes vœux de santé et de bonheur pour cette nouvelle année. Je veux aussi vous dire que je serai à votre service, et au service de notre ville tout au long de cette année 2019.

Votre maire, Nicolas Lœuillet

#edito

Mardi 18 septembre, 8 heures. Ma journée de maire commence par la désormais traditionnelle tournée des services. L’occasion de saluer le personnel et de prendre connaissance des dernières nouvelles.

Cette journée commence bien. La facture EDF qui vient d’arriver fait état d’une économie de 31 % par rapport à l’année précédente, à la même période. Notre action en faveur de la baisse de l’éclairage publique commence donc à porter ses fruits. S’il faut reconnaître que cette mesure n’était pas des plus populaires, force est de constater qu’elle permet des économies conséquentes. Ces 10 000 € seront bien plus utiles ailleurs. Ils devront nous permettre de payer nos factures plus rapidement et de maintenir les fondamentaux, toutes ces choses indispensables sur lesquelles aucune économie n’est possible.

Je retourne dans mon bureau, satisfait. Il y a des matins comme ça…

Le téléphone sonne. Je décroche. À l’accueil, on m’informe qu’une dame souhaite déposer une enveloppe à mon intention. Il s’agirait d’un don à la commune, que cette retraitée aimerait faire, en toute discrétion, suite à la lecture du dernier Petit Rinxentois. Je l’invite à venir me rejoindre.

Je découvre alors une petite dame charmante et tout sourire. Elle a lu le Petit Rinxentois. Elle est attristée d’apprendre la situation financière de la ville. C’est pourquoi elle souhaiterait faire un geste pour, dit-elle, « aider un peu ». Et d’ajouter : « Ce n’est pas grand-chose vous savez, et ça me fait plaisir, pour vous, pour ma commune. »

Cette dame n’imagine pas à quel point son geste et ses paroles me réconfortent. Ainsi, la nécessité de nos mesures d’économies serait-elle comprise par la population ? Mieux, certains seraient même prêts à nous aider financièrement ! C’est incroyable.

Emporté par mon élan, j’ose lui demander la permission d’immortaliser ce moment. Et c’est ainsi que nous posons, elle et moi, heureux de nous comprendre, émus de constater combien cette société n’est pas si individualiste qu’on le dit, confiants dans le futur. Après l’avoir chaleureusement remerciée, je retourne à mon bureau, enchanté d’avoir l’occasion de faire de si jolies rencontres.

À nouveau, mon téléphone sonne. Je décroche, c’est le Crédit Agricole. Une autre bonne nouvelle ?

Et là, c’est la douche froide. J’apprends qu’il nous reste huit jours pour rembourser 80 000 €, correspondant à une ligne de trésorerie (emprunt à court terme), ouverte par la municipalité précédente début 2016, puis prolongée en 2017. Cette information ne nous avait jamais été communiquée, et avait malheureusement échappé à l’analyse — pourtant pointilleuse — du cabinet qui a mené l’audit. Hélas, nos finances ne nous permettent pas de rembourser cette somme. Nous devons donc payer dès à présent des intérêts moratoires, 253 € par mois, en pure perte.

J’ai parfois le sentiment de me trouver dans une gigantesque montagne russe depuis que je suis élu. Ainsi, le mois dernier, j’étais heureux de pouvoir vous annoncer que les finances, sans être au beau fixe, étaient en voie d’amélioration. Aujourd’hui, je m’interroge, cette nouvelle serait-elle de nature à compromettre nos objectifs ? Je réfléchis… Bien évidemment que non, et c’est heureux.

De quoi demain sera-t-il fait ?

En ce qui me concerne, une seule certitude : demain sera un autre jour…

Votre maire, Nicolas Lœuillet

#edito

Samedi 28 Juillet 2018. Cette date restera pour très longtemps gravée dans la mémoire des Rinxentoises et des Rinxentois.

Samedi 28 juillet 2018, Liam, 8 ans, perdait la vie rue Jules Guesde. Ce drame, causé par une vitesse excessive et une consommation d’alcool au-delà du raisonnable, nous amène à nous interroger.

Quel discours tenir, quelle politique mener, quels aménagements réaliser, pour que plus jamais, nous n’ayons à être confrontés à une telle horreur ? Vendredi 17 août, Monsieur Penel, adjoint à l’urbanisme, a rencontré un architecte pour étudier ensemble les différentes possibilités d’aménagement de la rue Jules Guesde. À ce jour, nous attendons ses conclusions et propositions.

Enfin, j’appelle chacun d’entre nous à réfléchir aux risques liés à ce qu’il est convenu d’appeler la violence routière. Car dans ce cas, la solution ne peut venir que d’une prise de conscience collective. Aucun aménagement d’aucune sorte ne pourra en effet l’éviter.

Nous qui conduisons dans Rinxent, pensons à nos enfants.

Votre maire, 
Nicolas Lœuillet